Utiliser le GNV

DES EXEMPLES LOCAUX

carte Auvergne – Rhône-Alpes des PROJETS GNVOLONTAIRE

LES AIDES POSSIBLES

GRDF et l’ADEME mettent en place en 2016 un dispositif de soutien à l’acquisition de véhicules fonctionnant au Gaz Naturel Comprimé (dit GNC) en Auvergne – Rhône-Alpes, en partenariat avec les organisations professionnelles du transport. Il s’agit d’un mécanisme de soutien appelé « Dispositif Station GNC »

L’objectif est de déployer des stations d’avitaillement en GNC, raccordées au réseau, par le biais d’un soutien financier à l’usage local. Ces aides sont donc accessibles sous des conditions très précises. Dès lors que le territoire de Auvergne – Rhône-Alpes sera maillé de façon structurante, ces aides ne seront plus disponibles.

Le Dispositif Station GNC propose à tout acquéreur de poids lourds GNC de PTAC supérieur ou égal à 19 tonnes, ainsi qu’aux acquéreurs de cars, bus ou bennes à ordures ménagères, une subvention de 50% du surcoût d’acquisition par rapport à un poids lourd diesel équivalent. Pour établir ce surcoût, le dispositif se basera sur un prix de vente du poids lourds diesel fixé à 80k€ HT. En contrepartie de cette aide, l’acquéreur s’engage à s’avitailler à une future station GNC raccordée au réseau, délivrant du GNC et du bioGNC, qui sera construite en partie sur la visibilité offerte par ces utilisateurs locaux. Les organisations professionnelles TLF et FNTR coordonnent localement les dispositifs de soutien. Tout acquéreur potentiel doit s’adresser à ces organisations pour participer aux groupes de travail mis en place.

aides GNC

Fonds de soutien GNV

A ce jour, ces organisations ont mis en place des groupes de travail locaux qui visent à déployer le dispositif dans les agglomérations suivantes :
Annecy, Chambéry, Lyon, Montélimar, Saint-Etienne. Ce dispositif n’est actuellement mis en place qu’en région Auvergne – Rhône-Alpes. Les acteurs engagés dans le Dispositif Station GNC sont signataires de la démarche GNVolontaire.

Voir les projets des dispositifs stations GNC :
Annecy Lyon Montélimar Saint Etienne Chambéry Saint Pierre-en-Faucigny

LES PISTES “VERTUEUSES” À SUIVRE

L’utilisation du gnv dans le transport routier de marchandises

 

L’objectif visé par l’ADEME et GRDF, partagé par les organisations professionnelles du transport routier, est de déployer d’ici début 2017 un réseau de stations GNC publiques raccordées au réseau délivrant du GNC et du bioGNC. Concernant le GNL, le projet européen Blue Corridor vise à déployer 3 stations GNL en France : à ce jour, une station est en cours de fonctionnement à Nîmes et une station va se déployer dans la métropole de Lyon.

Carte stations GNV Lyon
Station GNL du projet Blue Corridor à Nîmes
aide ADEME GNV GRDF
Station GNC

L’ensemble de ces stations rendra techniquement possible la circulation au GNV sur le territoire de Auvergne – Rhône-Alpes,
avec une « liberté de mouvement » et une autonomie suffisante pour l’activité de transport routier de marchandises.

Cependant, la filière GNV doit également réussir à prouver sa pertinence économique.
A ce titre, le projet Equilibre permettra, d’ici quelques mois, d’offrir des réponses très précises. Ce projet, porté par des transporteurs, a pour objectif d’étudier et mesurer en conditions réelles l’utilisation du GNV dans le transport routier de marchandises. Les retours d’expérience permettront à tout futur acquéreur de choisir cette technologie en maîtrisant parfaitement ses coûts.

 

Projet Equilibre Voir le site Equilibre

l’utilisation du gnv POUR LA DISTRIBUTION URBAINE
ET NOTAMMENT LES CDU

 

Par l’absence de particules, la réduction du bruit et des émissions d’oxydes d’azote qu’elle apporte, la technologie GNV est particulièrement adaptée à la ville. Beaucoup d’acteurs publics ont identifié cet intérêt en intégrant à leurs flottes d’autobus ou de bennes à ordures ménagères des véhicules GNV.

Aujourd’hui, des acteurs privés acquièrent également des véhicules GNV, en partie pour des raisons environnementales, mais aussi en raison de l’adéquation entre ces véhicules et leur activité de distribution urbaine. Par exemple, la réduction du bruit pourrait permettre une utilisation des véhicules à des heures plus tardives (ou matinales), de sorte à mieux répartir l’occupation des routes et ainsi limiter la congestion des villes.

Autre perspective : l’utilisation de bioGNV local pour le transport étant l’un des meilleurs usages possibles du biométhane (car il se substitue alors à des énergies fossiles), les entreprises peuvent s’en servir comme outil de valorisation auprès de leurs clients, dans une optique de contribuer ensemble à la transition énergétique.

Véhicule utilisant du bioGNV : société Besson

Véhicule utilisant du bioGNV : société Elior

Véhicule utilisant du bioGNV : Groupe La Poste

Une autre activité pour laquelle le GNV est un carburant pertinent est désignée par le terme de Centre de Distribution Urbaine (CDU).

Un CDU a pour finalité de collecter et redistribuer la marchandise de plusieurs transporteurs en la livrant de façon massifiée. Cette mutualisation permet globalement de remplacer la circulation en ville de plusieurs camions par la circulation d’un seul camion, mieux remplit. Afin d’augmenter encore la pertinence écologique du système, les véhicules utilisés sont des véhicules émettant moins de polluants et de gaz à effet de serre que leurs équivalents diesel. A ce titre, la technologie GNV est une technologie particulièrement adaptée à ce type d’activité.

Véhicule utilisant du bioGNV : société Citylogistics : Vaulx -en- Velin http://www.citylogistics.fr/